LA CONJURATION DES TERRITOIRES

Numéro 1 : janvier-juin 2020

Amplitude_1_recto.jpg

Les mesures de l’attractivité privilégient l’activité économique et la compétitivité. Interviennent de plus en plus les références à la qualité de la vie, à l’habitat, aux services de proximité... Ces valeurs sociales ne demeurent-elles pas soumises à l’impératif économique ? L’invocation actuelle de la décroissance, dans une perspective de « développement durable », suppose-t-elle des changements de « point de vue » sur la reconnaissance même de ce que peut être l’attractivité d’un territoire ? Le système d’égalité républicaine des territoires apparaît-il encore comme une utopie sociale et politique ?

Accédez à l'intégralité de la revue dans son format web (dédiée aux abonnées), ainsi que ses éditions numériques ePub, Kindle, PDF et multiformats :

CRÉDITS PHOTOS

© CLAUDIA GALERA | © KARINE STEBLER | © ANGÉLIQUE DECOCK | © MARC ABÉLÈS | © BERNARD KALAORA | © BOB | © PATRICK BAUDRY | © BENOÎT VINCENT | © PIERRE-YVES SOUCY, SANS TITRE, DESSIN/EMPREINTE AU FUSAIN COMPRESSÉ ET AU CRAYON DE PIERRE NOIRE, 21 X 30 CM, 2019 | © EUNICE CHAO | © DOMINIQUE PIOT | © PAULINE CURNIER-JARDIN | © GIL MELISON | © HENRI-PIERRE RODRIGUEZ

ISBN 979 1090 198 524

ISSN 2729-5915

Institutions, bibliothèques et coopératives universitaires, si vous désirez un bon de commande, c'est par [ici]

 

Les territoires en action

rond-point_StDiz.jpg
Pt-Paris_StDiz.jpg

Urgences aux ronds-points

(Karine Stebler)

Saint-Dizier ou le devenir
d'une utopie urbaine

(entretien avec Élisabeth Robert-Dehault)

 

Vers une anthropologie des territoires

Terrains ou territoires

(Marc Abélès)

Territoires : entre humains et non-humains

(Bernard Kalaora)

Entretien avec Bernard Kalaora

Le rapport ville/nature, un exemple : Rio de Janeiro

(Clarissa Moreira)

 

Le regard et les lieux

Ville et jeux d'images

(Patrick Baudry)

Lettres sur le paysage

(J.-P. Kauffmann
& H.-P. Jeudy
)

Amplitude et  humilité

(Benoît Vincent)

Sans attache

(Pierre-Yves Soucy)

La plupart des réflexions sur la décroissance convergent autour d’une critique des effets néfastes de la surconsommation sur les modes d’existence et sur la qualité de la vie. Ouvrant les perspectives écologiques les plus connues à une interrogation plus approfondie sur les conditions de la vie sociale et économique, celles-ci reprennent certes de vieilles questions mais semblent surtout chercher à fonder une « mise en devenir » du monde qui rompt avec la « course aux richesses ». Loin d’une époque de « la dépense somptuaire », la volonté manifeste de redonner d’une manière équitable un souffle d’espoir aux « modes de vie » ne se réduit pas à l’invocation d’un moralisme existentiel. Fondés sur des raisonnements économiques cohérents, les discours qui proposent des alternatives, s’ils brassent bien des fragments d’idéologie du temps passé, tentent de construire un futur différent.

 

Officine des alternatives

“Modes  de vie”

Parc national de forêts, concentré de concepts paradoxaux

(Jean-Claude Volot)

La transmission des savoir-faire, les modalités qu’elle est susceptible d’adopter, restent une préoccupation majeure de la conservation et de la mise en valeur des patrimoines. Il faut considérer comment un savoir-faire ne concerne pas seulement l’application d’une tradition. Les métamorphoses des métiers, et même des pratiques quotidiennes font apparaître de nouveaux savoir-faire, surtout avec l’essor des technologies du numérique. Un savoir-faire peut relever de l’expérience manuelle, classique, mais aussi des usages nouveaux dans le développement numérique, de la découverte d’alternatives dans le domaine économique… Son rôle émergent participe d’un mythe contemporain de l’innovation, surtout dans le domaine de l’informatique, même si ses fondements continuent dans bien des pratiques techniques et artisanales, à reposer sur des traditions reconnues, et parfois oubliées. Sans doute est-ce « l’idée de savoir-faire » qui unit de manière implicite la tradition et la modernité.

Les « nouveaux savoir-faire » sont parfois peu visibles, ils peuvent même apparaître comme des aventures secrètes… La rubrique proposée permettrait de reconnaître « l’ingéniosité contemporaine », de « révéler des secrets », toute cette activité imaginaire des « nouveaux métiers », des pratiques inattendues, des créations étranges, d’échanger des utopies entre le « monde du travail » et le « monde du chômage ». Quels sont ces « nouveaux savoir-faire » sur les territoires où habitent et travaillent les transfrontaliers ?

 

Un monde pariétal

Utopie des savoir-faire

“Entre tradition et modernité”

Le blog ressemble-t-il à un journal intime ouvert au public ? La pratique quotidienne de « tenir un journal », même si elle paraît anachronique, existe-t-elle encore aujourd’hui ? Les blogs exercent plusieurs fonctions, ils peuvent, quand ils se présentent telle une invitation au voyage, à la découverte d’une région, comme des sources attrayantes d’informations. Mais bien des blogs animés par des personnes singulières tentent d’exprimer un regard sur les choses de la vie, sur le monde, sur des œuvres culturelles… Ce point de vue quotidien ou non s’exprime souvent dans un langage soigné, très différent des pratiques langagières abrégées que caractérise l’usage du Facebook. La création d’un blog suppose le choix d’un style, autant dans la composition et le rythme que dans l’écriture elle-même.

Sont présentées les origines et la genèse de deux blogs.

 

L'origine de mon blog :
le goût des cimetières…

(Gil Medison)

L'origine de mon blog de H.-P.

(Henri-Pierre Rodriguez)

Blogueurs de l'Est

“Un sentiment d'appartenance”

La Rambleur

Afin de transmettre à un public varié la technique de la chronique, de promouvoir le faire-ensemble par la pratique de l’écriture en stimulant la mixité sociale et de mobiliser les attentions des citoyens autour de leur ville et leur territoire dans leurs spécificités historiques, architecturales, patrimoniales et naturelles, des rencontres autour de la chronique se feraient régulièrement à la « Rambleur », à Joinville en Haute-Marne au siège de la revue AMPLITUDES.

Quel avenir pour les petites villes dans le milieu rural ? Comment « ceux qui restent » vivent-ils le phénomène de la désertification ? Gratuité de transports, ouverture des commerces les dimanches, dynamisation de la vie culturelle ne sont que quelques stratégies parmi tant d’autres déployées par les habitants et les élus des petites communes afin de résister à la disparition des derniers commerces en centre-ville.

Dans cette rubrique, des citoyens et des élus apporteront leur touche dans la construction collective des tableaux de la vie contemporaine dans ces villes qui se battent pour renaître.

 

Un typographe à Joinville dans les années 70

Chroniques de la Rambleur

“Paroles d'habitants”

À propos de la chronique

Nous contacter

Revue AMPLITUDES

Éditions Châtelet-Voltaire

20, rue Adélaïde de Simiane

52110 Cirey-sur-blaise

henri.pierre.jeudy [at] gmail.com

Merci pour votre envoi !